Réconciliation nationale

in News from WARA
September 12th, 2012

Le Centre de Recherche Ouest-Africain(WARC) partage ses réflexions avec le PAN Guillaume Soro

Publié le 11/09/2012par

admin
info@guillaumesoro.com
Sene 9

Présent en Côte d’Ivoire dans le cadre d’un séminaire qu’il organise à l’intention des journalistes et hommes de médias, le Centre de Recherche Ouest-Africain(WARC) basé à Dakar, a échangé, ce mardi 11 septembre 2012,  avec le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire à son Cabinet sis à Abidjan-Cocody. Au menu des échanges : la consolidation de la paix, facteur de cohésion sociale.

Au sortir de l’audience que leur a accordée le Président du Parlement ivoirien, les responsables dudit Centre, en occurrence le directeur, M. Ousmane Sène et la coordonnatrice  Mme Eugénie  R. Aw Ndiaye, ont unanimement reconnu l’engagement du PAN Guillaume Kigbafori Soro dans la consolidation et le renforcement de la paix en Côte d’Ivoire et en Afrique.

« Le Président de l’Assemblée nationale a eu l’amabilité de nous recevoir et nous avons perçu à quel point il est préoccupé par la consolidation de la paix dans son pays, en Afrique de l’Ouest et dans le reste de l’Afrique. Il a fait des réflexions extrêmement pertinentes par rapport à la nécessité de renforcer la paix pour un développement réel de la Côte d’Ivoire »,  s’est satisfait M. Sène à sa sortie d’audience.

Pour le PAN Guillaume Soro, c’est dans la paix que toutes les composantes de la société ivoirienne pourront travailler en créant la synergie des intelligences nécessaire à la reconstruction et au développement du pays, comme l’ont fait plusieurs pays asiatiques, jadis considérés comme des pays sous-développés et aujourd’hui qualifié de Dragons ou de Tigres du Développement.

C’est cet esprit qui anime le Chef du Parlement ivoirien, reconnaitra M. Ousmane Sène, que les dirigeants de WARC veulent, à travers ce séminaire, inculquer et développer au sein des médias en Afrique pour qu’en retour, ils puissent œuvrer à créer l’harmonie dans tout le continent noir afin que les africains  puissent  s’investir dans l’effort pour le développement.

Louis Konan