GRAF Newsletter – December 2004

@ William F.S. Miles (*) has an article on “Third World Views of the Holocaust”, in the Journal of Genocide Research 6:3 (2004). Among the perspectives highlighted therein are those from Burkina Faso, Mauritius and Rwanda. Miles has recently received an auxiliary research appointment with the Watson Institute for International Studies at Brown University while retaining his position at Northeastern University in Boston. Miles also served as guest editor for the African Studies Review ‘s Special Focus on “Islamism in West Africa” (47:2 [2004]). That issue includes articles by Robert Charlick (*) on Niger, and by Leonardo Villalón (*) on Senegal.

@ Daniel Bach (*) has contributed a chapter on “The Dilemmas of Regionalization” in the book West Africa’s Security Challenges: Building Peace in a Troubled Region , edited by Adekeye Adebajo and Ismail Rashid. (Boulder, CO: Lynne Rienner, 2004; 449 Pages. ISBN: 1-58826-259-6, hardcover: $59.95 / ISBN: 1-58826-284-7, ppb: $22.00 – LC #: 2003025704). In the same volume, Douglas Yates (*) has co-authored with Kay Whiteman a chapter on “France, Britain, and the United States”.

@ Véronique Dimier (*) has recently published several articles related to her ongoing study of colonial administration. These are: “On Good Colonial Government: Lessons from the League of Nations” ( Global Society , 18:3, July 2004); “For a New Start? Resettling Colonial Administrators in the French Prefectoral Corps, 1960-1980s ( Itinerario: The European Journal of Overseas History , 28:1, 2004); and “For a Republic ‘diverse and indivisible’? Experience from the Colonial Past” ( Journal of Contemporary European History , 13:1, 2004).

She has also contributed a chapter titled “The Invention of the DG8″, in Andy Smith (ed.) “Politics and the European Commission: Actors, Independence, Legitimacy” (Routledge, 2004 – ECPR studies in European Political Science; 230 pages ISBN: 0415324076 ).

# Eustache Mandjouhou-Yolla (*) a publié aux Éditions L’Harmattan, “La Politique étrangère du Gabon” [ ISBN : 2-7475-4976-3 · 260 pages · 21,35 € ]  Cet ouvrage reprend une partie de sa thèse de doctorat, soutenue à Bordeaux en 2002 sous la direction de Daniel Bourmaud(*) . L’auteur peut être contacté par courriel à l’adresse: , ou par la poste à: B.P. 6203 – Libreville, Gabon.

@ Douglas Yates (*) , together with Rudolf Traub-Merz, has co-edited a volume titled: “Oil Policy in the Gulf of Guinea: Security & Conflict, Economic Growth, Social Development” (Bonn: Friedrich-Ebert Stiftung, 2004; 216 pp. ISBN 3-89892-270-7]. This collection of essays proceeds from the papers presented during an international conference sponsored by the German foundation and held in Yaoundé October 1-3, 2003. The conference brought together politicians, government officials, oil managers, NGO activists, researchers, and representatives of international or multilateral organizations to debate issues revolving around the anticipated oil boom in the region. Douglas Yates’ own contribution to this volume (pp. 38-50) is an essay on “Changing Patterns of Foreign Direct Investment in the Oil-Economies of the Gulf of Guinea”. The full contents of the volume can be accessed at:

@    Pierre Englebert (*)   and James Ron are the co-authors of an article titled: “Primary Commodities and War: Congo-Brazzaville’s Ambivalent Resource Curse”, published in Comparative Politics , Vol. 37, no. 1 (October 2004), pp.61-81. The two authors note that, while oil contributed to civil war in the Republic of Congo, this conflict would never have arisen in the first place had democratization not generated substantial political instability. Once the fighting began, moreover, petroleum’s overall effect was ambiguous. Oil tempted elites to fight, but the oil fields’ remote location also limited most combat to the capital city. Later, oil money helped underwrite a 1999 peace settlement. Despite polarization among Congo’s three main ethnoregional groups, the country did not fracture into ethnic, secessionist, or warlord zones. Thus, the case of Congo-Brazzaville requires a qualification of the prevailing theories linking natural primary commodities and civil war.

(*) Names listed in the GRAF Directory / Noms figurant à l’annuaire du GRAF

#    Romuald Tchibozo (*) a soutenu à Berlin sa thèse en Histoire de l’art africain contemporain, intitulée “L’Art et l’Arbitraire: Une étude de la réception de l’art africain contemporain en Occident: le cas allemand de 1950 à nos jours” , pour laquelle il cherche à present un éditeur. Il est actuellement établi au Bénin, où il peut être contacté à l’adresse suivante: 07 B.P.0333 – Ste. Rita, Cotonou (Bénin)

#    Jean Mfoulou (*) annonce le lancement de la Revue Camerounaise de Sociologie et d’Anthropologie (RECSA) dont le premier numéro est date de septembre 2004. Publiée sous les auspices de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Yaoundé I, cette revue bi-annuelle [ISBN: 2-84936-006-6] se propose de publier, en français ou en anglais, les travaux de recherche de sociologues, anthropologues ou ethnologues camerounais, africains et africanistes. Jean Mfoulou, qui dirige la publication de la revue, signe dans ce premier numéro un article intitulé “Tradition et construction nationale en Afrique noire: le cas de la Tanzanie” (pp.9-33) et le rédacteur en chef, Joseph-Marie Zambo Belinga, y publie un texte sous le titre “Parlementaires, crise de légitimité et obstruction du processus démocratique dans la première république” (pp.34-58). Les autres articles sont signés par Jean Nzhié Engono, Jacqueline Moutome Ekambi, Mbonji Edjenguèlè et Luc Mebenga Tamba. Toute personne désireuse de soumettre un manuscrit en vue de sa publication dans la RECSA est invitée à se mettre en rapport avec le rédacteur en chef, soit par courriel à l’adresse < >, soit par la poste à: RECSA, B.P.8373, Yaoundé, Cameroun. Les conditions d’abonnement peuvent être obtenues par la même voie.

# Odile Cazenave (*) will be associated with Boston University’s African Studies Center this year, as she joined the department of Modern Foreign Languages and Literatures as a Visiting Scholar during the first semester, and as a Visiting Associate Professor for the Spring semester. Her latest book, ” Afrique sur Seine, Une nouvelle génération de romanciers africains à Paris ,” has been published in Paris by L’Harmattan, 2004 (311 pages, € 25,50). She discusses that book with Africulture ‘s literary editor Boniface Mongo-Mboussa in an interview that can be accessed at:

@    Irène Assiba d’Almeida (*) , along with a dozen of other scholars, welcomed the appearance of the journal Francophone Postcolonial Studies , the first issue of which was dated Spring/Summer 2003. Produced by the Society for Francophone Political Studies, headed by Patrick Corcoran (School of English and Modern Languages, University of Surrey Roehampton, Roehampton Lane, London SW15 5PU), this bi-annual journal [ISSN 0791-4938] is edited by a team consisting of Sam Haigh (University of Warwick,< >), Nicki Hitchcott (University of Nottingham, < >), David Murphy (University of Stirling, < >) and Aedín Ní Loingsigh (University of Edinburgh, < >). Contributions   to this refereed journal should be submitted to any of the above members of the editorial board.

@ Ghislaine Géloin (*) supplied the introduction for the new edition of De l’Égalité des races humaines (Anthropologie positive)” , written by the famous Haïtian author Anténor Firmin, and now re-published in Paris by L’Harmattan [ ISBN : 2-7475-5302-7 · 408 pages · 36,5 € ].  This critical book on racial thought and the concept of race received scant attention because of its radical position when it was first published in 1885, and it was quickly marginalized in France and elsewhere until it was rediscovered in 2000.

This anthropological study of race is a polemical refutation of all the doctrines of inequality that flourished at the end of the 19 th century. Writing first in direct opposition to Gobineau’s Essai sur l’inégalité des races humaines , Firmin turned his scathing criticism toward the Paris Anthropological Society, of which he was a member, but remained a silent listener of what he called their “inept wild imaginings”. Firmin was a pioneer of modern anthropology and sociology, and a forerunner of the Négritude movement.

Thanks also to the English translation by Asselin Charles that was published in 2000 by the University of Illinois Press, with an introduction by Carolyn Fluehr Lobban, scholarly interest in Firmin is gaining strength in the United States, France and the Caribbean.

@ Kevin C. Dunn (*) has published an article titled: “Fear of a black planet: anarchy anxieties and postcolonial travel to Africa” in the Third World Quarterly 25:3 (2004), pp. 483-500.

@ Andrew F. Clark (*) has been elected President of the Association of Third World Studies. Their next annual meeting will be held in November 2005 in Santo Domingo, Dominican Republic. The Association’s website is located at:
@ René Lemarchand (*) delivered the annual lecture sponsored by the Centre for African Studies at Leeds University. The text of that lecture (titled “Myth-Making and the Rationality of Mass Murder: Rwanda, Bosnia and Cambodia in Comparative Perspective”) has been published in the Leeds University African Studies Bulletin, no. 66 (March 2004). Lemarchand has also contributed a chapter on “Exclusion, Marginalization and Political Moblilization: The Road to Hell in the Great Lakes” to “Facing Ethnic Conflicts: Toward a New Realism” , ed. by Andreas Wimmer, Richard Goldstone & al. (Rowman & Littlefield, 2004), as well as a chapter on Rwanda and another on Burundi in Samuel Totten, William S. Parsons & Israel Charny, eds. “Century of Genocide” (Routledge, 2004; 2 nd . ed.).
@ Edward McMahon (*) has authored an article entitled “Catching the ‘Third Wave’ of Democratization? :   Debating Political Party Effectiveness in Africa Since 1980″. It will be published in the December issue of African and Asian Studies , vol. 3 #3-4.
# Comi Toulabor (*) a présenté une communication intitulée: “L’Institutionnalisation du dispositif sécuritaire à Lomé: Comment ça marche?” lors de la journée d’étude du CEAN tenue le 14 octobre sur le thème: “Les armées dans les pays du Sud: Formation et diffusion des cultures militaires”, co-organisé par les groupes de recherche “Conflits armés en Afrique subsaharienne” et “Gouverner les sociétés projetées” de l’Université de Bordeaux.
Jean-François Bayart (*) a présenté le   6 décembre une conférence sous le titre: “Mondialisation, Etats-nation et identités” dans le cadre du séminaire de recherches “Cultures, mémoires et identités: Questions aux analyses post-modernes” organisé (entre autres) par Michel Cahen (*) sur le campus de l’Université de Bordeaux. Le programme complet de ce séminaire, dont les séances se tiennent d’octobre 2004 à juin 2005 peut être consulté sur le site:
# Catherine Coquery-Vidrovitch (*) a participé aux journées d’étude organisées les 25-27 novembre par l’IEP-Bordeaux en collaboration avec le CEAN sur le thème: “Renforcer le genre dans la recherche: Approche comparative Nord-Sud” avec la presentation d’une communication intitulée: “Historiographie et histoire du concept ‘genre': le point de vue de la recherche”. Elle y a également présidé une table ronde sur: “Le genre dans la recherche: Expériences et témoignages”. Le descriptif et le programme de ces journées d’étude de se trouvent sur le site:ée6rev.pdf
# Rémy Bazenguissa (*) a donné, le 23 novembre, une conférence intitulée: “La dimension institutionnelle des conflits armés en Afrique”   devant le Vakgroep Afrikaanse talen en culturen , de l’Université de Gand.   Il résume ainsi le contenu de son intervention: ” Depuis le début des années 90, de nouveaux phénomènes, les « guerres civiles » et les conflits armés, ont surgi en Afrique. Pour les expliquer, de nombreux auteurs proclament la « fin du politique » dans ce continent comme si cette dimension s’était dissoute avec la chute du « mur de Berlin » ; la « guerre froide » formait un des cadres d’intelligibilité de ces phénomènes. Mon exposé plaide, au contraire, en faveur de l’idée selon laquelle, même dans les situations de crise extrême, le politique ne cesse d’être en jeu. J’examinerai ces processus en m’appuyant sur la trajectoire spécifique de l’Etat du Congo Brazzaville, où s’est établie une corrélation entre la démocratisation et la généralisation des usages de la violence politique. Les affrontements armés y ont, principalement, eu lieu dans le cadre des conflits électoraux. Je proposerai, dans ce cas, de cerner la dimension politique par la prise en compte du contexte institutionnel d’émergence de ces affrontements et du phénomène de la « souffrance par l’Etat », par lequel les atouts politiques se disséminent dans la société, qui l’accompagne.” 
@ Samba Gadjigo (*) announces the release by New Yorker Films of the 25-minute documentary film he made about the making of Ousmane Sembene’s latest feature on female genital mutilations in Africa. The documentary, titled “The Making of Moolaade , is the first ever film that shows Sembene in production and post-production, transforming his ideas from the script into images. Shot on location in Djerisso (Burkina Faso) and Rabat (Morocco), it includes interviews with the director (explaining the meaning of Moolaade and of his art, in general), with the technical crew (France, Senegal, Benin, Burkina), and with actors from Mali, Burkina and Côte d’Ivoire. This documentary (in French with English subtitles) is intended for scholars and students in Film Studies, African Studies and Women Studies.
@ Guy Martin (*) and Chris Alden co-dited a volume entitled “France and South Africa: Toward a New Engagement with Africa”, published by Protea Book House, in Pretoria, RSA. Contributors include Daniel Bourmaud (*) (“France and Africa: The Constant Striving for Exceptionalism”, Guy Martin (“France’s Africa Policy in Transition: Disengagement and Redeployment”), Philippe Hugon (*) (“The Economic Relations of France and South Africa with Africa”), and Jean-François Bayart (*) (“The War in Africa: A Challenge for Paris and Pretoria”. For orders or information, contact the publisher at:   < >
# Claude Wauthier (*) a publié dans le no. 15-16 (octobre 2004) de la revue trimestrielle Géopolitique Africaine un article intitulé “Sectes et prophètes” sur les religions afro-chrétiennes du continent noir.

@ The GRAF Newsletter and other information about GRAF (including a list of available publications)
can be accessed on the web through the African Studies Center’s home page at

The Centre d’étude d’Afrique noire (CEAN) at Bordeaux also has its web site at:

# Le Bulletin du GRAF ainsi que d’autres informations relatives au GRAF (y compris la
liste des publications disponibles) sont accessibles   par Internet à l’adresse

Le Centre d’étude d’Afrique noire (CEAN) à Bordeaux dispose aussi d’un site Internet

@  Copies of the latest edition of the GRAF Directory , listing names, addresses, phone,
fax & e-mail number of GRAF affiliates   and participants in the October 1994 and May 1997
conferences can be purchased for US$3.00 per unit
(postage included) through the same procedure as other GRAF publications.

announcements of future events and deadlines should be submitted at least 3 months aheadles avis ponctuels oU contenant une date-limite doivent etre transmis 3 mois d’avance au moins

Relations de genre dans les mondes lusophones
Lusotopie 2005 va publier un dossier sur le thème des relations de genre dans les mondes dits lusophones. Au cours des dernières décennies, on a pu constater une croissance considérable des travaux de recherche et des publications sur la femme et sur le genre en Afrique lusophone, au Brésil et au Portugal, ainsi que, dans une moindre mesure, sur Goa, Timor oriental et sur la diaspora lusophone mondiale. Les universitaires féministes ont clairement démontré que la femme doit   être incluse au coeur de tout travail de recherche en sciences sociales et que, ce faisant, on comprend sous de nouveaux angles et mieux l’histoire et la société. Les études sur les “gays” et lesbiennes, l’étude   des masculinités, et le développement de la “queer theory” sont venues enrichir la complexité d’approche de la notion de genre au-delà des études portant spécifiquement sur les femmes. Que l’on aborde des questions relatives à la représentation ou celles de la direction politique et de l’État, l’étude de la femme et du genre est toujours, dans une certaine mesure, une étude sur le pouvoir. Cependant, la centralité que le pouvoir occupe dans l’analyse demeure très souvent implicite, sans recevoir un traitement spécifique. On recherche donc des articles qui, explorant l’une ou plusieurs des facettes du genre précédemment définies, le fassent en abordant directement la question du pouvoir. Quoique incluant typiquement la relation de pouvoir entre l’homme et la femme, il est suggéré une conception plus large des champs de pouvoir marqués par le genre. Sont recherchés des sujets qui incluent, par exemple, les dimensions suivantes, sans que ces indications soient limitatives : politique, religion, mariage et famille, éducation, économie et formes d’expression telles que l’art,   la culture populaire, la littérature et le théâtre. Des articles sont souhaités, venant de différentes disciplines et approches, sur les espaces les plus divers du monde lusophone, dans le passé et le présent. Ce que l’on recherche surtout est une recherche qui introduise de nouveaux abords, discutent de questions difficiles et établissent des comparaisons inattendues tirées de l’hétérogénéité des espaces lusophones. Il est espéré que la réunion de tels articles permettra de glaner des éléments nouveaux pour mieux penser le genre et mieux penser le monde lusophone. Les articles peuvent être écrits en portugais, anglais ou français.

Remise des articles:
Veuillez contacter les responsables du dossier, au sujet des normes de présentation avant d’envoyer et soumettre votre article pour évaluation :
Kathleen Sheldon, <>, and Marissa Moorman, <>.
Date limite de remise des articles : 1er février 2005.

# “La France d’outre-mer (1930-1960)” , sous la direction de Jean Clauzel [ Paris: Karthala, 2004; 878 pages – ISBN: 2-84586-423-X; 42 € ].   Le souvenir de “l’Empire colonial français” s’est estompé dans la mémoire nationale. Certains disent même qu’il a été occulté. Ce ne sont pas seulement les historiens et ceux qui ont vécu cette période qui sont intéressés par tout ce qui peut éclairer ce passé encore récent et discuté. Une nouvelle génération est désireuse d’apprécier le plus concrètement possible ce que représentait la “France d’outre-mer” et de mieux comprendre ainsi certains des antécédents de ce qu’on appelle aujourd’hui la “mondialisation”. La “colonisation” de l’Afrique et de l’Indochine appelle plus que jamais des relectures historiques. Cet ouvrage intéressera donc plusieurs générations, contemporains de cette époque révolue, ou chercheurs et étudiants confrontés aux clichés récurrents sur “le beau temps des colonies” ou sur les “ténèbres de la colonisation”. La somme des témoignages réunis dans cet ouvrage apporte sa pierre à une réflexion qui reste ouverte.