GRAF Newsletter


This site is now being updated on a monthly basis instead of quarterly. Beginning in October 2009, all listings appear in reverse order on a monthly basis below. Archived past issues can be accessed using the navigation pane on the right.


April 2011


@ Tony Chafer (*) and Gordon Cumming (*) presented a paper titled “Anglo-French Cooperation: Facing New Challenges in Africa” at the conference on “British Foreign Policy in sub-Saharan Africa since 1957” held on 25 March 2011 at the Université Paris Diderot . The conference was organized as part of the research activities of LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones), with the support of IFRA (Institut Français de Recherche en Afrique) Nigeria, Taylor & Francis publishers, and the Crecib (Centre de Recherches et d’Études en Civilisation Britannique). The full program of the conference can be downloaded at:
http://www.ifra-nigeria.org/IMG/pdf/Programme_Foreign_Policy_25_March_v2.pdf

# Catherine Coquery-Vidrovitch (*) vient de publier un nouvel ouvrage intitulé “Petite Histoire de l’Afrique : L’Afrique au sud du Sahara, de la préhistoire à nos jours” (Paris: La Découverte, 2011; 224 p., € 15,00 – ISBN : 9782707167132)

La revue électronique africultures.com en rend compte comme suit:

L’Afrique subsaharienne est le berceau de l’humanité, et son histoire la plus vieille du monde. Ce petit livre, qui se destine à un public curieux mais non spécialiste, se nourrit d’un demi-siècle de travaux fondamentaux portant sur la question. Non seulement il fait le point sur une histoire au moins aussi variée et passionnante que celle des autres continents, mais il s’attache à déconstruire un à un les grands clichés qui continuent de nourrir les imaginaires occidentaux; ceux qui font de l’Afrique un continent subalterne, à part, irrémédiablement à la traîne.

Or l’Afrique, depuis toujours, influe sur le reste du monde. Elle lui a fourni main- d’œuvre, or et matières premières, qui ont joué un rôle essentiel, aujourd’hui encore méconnu, dans la mondialisation économique. Elle a développé, au fil des siècles, un savoir parfaitement adapté à ses conditions environnementales, savoir qui fut taillé en pièces par l’extrême brutalité de la colonisation, pourtant si brève au regard de l’histoire longue. Mais si on lui a beaucoup pris, l’Afrique a aussi donné, avec une formidable vitalité.

Catherine Coquery-Vidrovitch ne cherche pas à raconter l’histoire africaine dans le détail, mais elle en dégage les étapes cruciales et met en avant, pour chacune d’elles, les idées essentielles et originales. L’objectif de ce livre est aussi, et surtout, d’aider à comprendre le présent afin d’en dégager des perspectives d’action pour l’avenir.

On trouvera une recension plus fouillée (écrite par Ch. Didier Gondola) sur l’URL:
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=9984

@ Phyllis M. Martin (*) recently published an article titled: “Complexity in the Missionary Experience: the Franciscan Missionaries of Mary in Upper Congo,” in: Social Sciences and Missions (Sciences sociales et missions), v.23, no2. (2010), pp. 228-253. (This journal was previously named Le Fait Missionnaire. It is now published by Brill in Leiden.)

# Dans le numéro triple (198-199-200) des Cahiers d’études africaines édité à l’occasion du cinquantenaire de cette revue, fondée en 1960 par Georges Balandier, on trouvera (entre autres) les articles suivants:

Catherine Coquery-Vidrovitch (*): “Pluridisciplinarité et naissance de l’histoire africaine de langue française – Les Cahiers d’Études africaines”

Florence Bernault (*): “Quelque chose de pourri dans le post-empire – Le fétiche, le corps et la marchandise dans le Mémorial de Brazza au Congo”

Bogumil Jewsiewicki (*): “Imaginaire collectif des Katangais au temps de la désindustrialisation. Regard du dedans et regard d’en dehors – La photographie de Sammy Baloji et le rap de Baloji Tshiani”

# Tony Chafer (*) et Gordon Cumming (*) ont animé le 3 Novembre 2010 une conférence-débat sur le thème “La coopération entre la France et le Royaume-Uni en Afrique: Des capacités sous-utilisées” dans le cadre du programme Afrique subsaharienne de l’Ifri (Institut français des relations internationales).

Comment les deux anciens colonisateurs, concurrents historiques, coopèrent-ils en Afrique ? Chaque pays possède une « zone privilégiée » d’action en Afrique mais les nouveaux défis du continent les obligent à revoir cette logique traditionnelle. Face au terrorisme, aux questions climatiques mais également face à la montée de nouveaux acteurs tels que la Chine, comment les deux acteurs « historiques » peuvent-ils s’unir pour ne pas perdre leur influence économique et politique sur le continent ? Une nouvelle collaboration franco-britannique en Afrique avait été définie dès 1998 par l’accord de «Saint-Malo II» mais ses modalités restent mal connues en France. Cette conférence permettra de faire un bilan des succès et des limites de cet accord, dans trois domaines : diplomatique, militaire et de développement.

Chafer & Cumming avaient présenté les résultats de leur étude le 28 juin à Chatham House sous le titre: “Punching Below Their Weight? Critical Reflections on Anglo-French Cooperation in Africa”. Le texte de cette communication peut être téléchargé à partir du site: http://www.ifri.org/?page=detail-contribution&id=6247

# Achille Mbembe (*) a publié un nouvel ouvrage intitulé “Sortir de la grande nuit – Essai sur l’Afrique décolonisée” (Paris: La Découverte, 2010; €17,00) qui offre un commentaire et un bilan à l’occasion du cinquantième anniversaire des “indépendances” et de ce que l’auteur appelle une “décolonisation fictive”. Dans cet essai critique, Achille Mbembe montre que, au-delà des crises et de la destruction qui ont souvent frappé le continent depuis les indépendances, de nouvelles sociétés sont en train de naître, réalisant leur synthèse sur le mode du réassemblage, de la redistribution des différences entre soi et les autres et de la circulation des hommes et des cultures. Cet univers créole, dont la trame complexe et mobile glisse sans cesse d’une forme à une autre, constitue le soubassement d’une modernité que l’auteur qualifie d’«afropolitaine».
Il convient certes de décrypter ces mutations africaines, mais aussi de les confronter aux évolutions des sociétés postcoloniales européennes – en particulier celle de la France, qui décolonisa sans s’autodécoloniser -, pour en finir avec la race, la frontière et la violence continuant d’imprégner les imaginaires de part et d’autre de la Méditerranée. C’est la condition pour que le passé en commun devienne enfin un passé en partage. Il s’en explique dans un entretien publié le 6 octobre sur le site d’Africultures:
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=9751

@ Scott Youngstedt (*), together with Abdourahmane Idrissa (Princeton) and Ghislaine Lydon (UCLA) served as organizer for the conference “Saharan Crossroads: Views from the South”. This is the second in a series of conferences jointly sponsored by the West African Research Association (WARA) and the American Institute of Maghrib Studies (AIMS), to explore and reinforce cultural, artistic, and historical connections between populations living in and on both sides of the Sahara.  This initiative was launched in 2004 at the University of California, Los Angeles (UCLA) with the first meeting treating the Saharan crossroads in historical perspective.  The first international conference took place in 2009 in Tangier.  The second conference will take place in Niamey on July 8 -10, 2011.

# L’introduction thématique présentée par Leonardo Villalón (*) et Jean-Louis Triaud sous le titre: “L’islam subsaharien entre économie morale et économie de marché: contraintes du local et ressources du global” dans le n° 231 (2009/3) de la revue Afrique contemporaine (ISBN 9782804102395) est disponible, ainsi que les autres articles de ce dossier intitulé “Économie morale et mutations de l’Islam en Afrique subsaharienne” à l’URL : http://www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2009-3.htm

# Lansiné Kaba (*) a publié un ouvrage intitulé “Allahou Akbar : Islam, terrorisme et tolérance” (Paris: Présence Africaine, 2010 – 23 € ISBN: 2708708066)

# Béatrice Hibou (*) apporte sa contribution au dossier “La Tunisie en révolution?” publié dans la dernière livraison de le revue Politique africaine avec une article intitulé: “Tunisie. Économie politique et morale d’un mouvement social” (pp.5-22), suivi de “La révolution tunisienne ne vient pas de nulle part. Entretien de Béatrice Hibou avec Sadri Khiari” (pp.23-34) (Politique Africaine, nº 121, avril 2011. Paris: Karthala – ISBN 9782811105020)


October 2010


# Tony Chafer (*) et Gordon Cumming (*) animeront le 3 Novembre 2010 une conférence-débat sur le thème “La coopération entre la France et le Royaume-Uni en Afrique: Des capacités sous-utilisées” dans le cadre du programme Afrique subsaharienne de l’Ifri (Institut français des relations internationales).

Comment les deux anciens colonisateurs, concurrents historiques, coopèrent-ils en Afrique ? Chaque pays possède une « zone privilégiée » d’action en Afrique mais les nouveaux défis du continent les obligent à revoir cette logique traditionnelle. Face au terrorisme, aux questions climatiques mais également face à la montée de nouveaux acteurs tels que la Chine, comment les deux acteurs « historiques » peuvent-ils s’unir pour ne pas perdre leur influence économique et politique sur le continent ? Une nouvelle collaboration franco-britannique en Afrique avait été définie dès 1998 par l’accord de «Saint-Malo II» mais ses modalités restent mal connues en France. Cette conférence permettra de faire un bilan des succès et des limites de cet accord, dans trois domaines : diplomatique, militaire et de développement.

Chafer & Cumming avaient présenté les résultats de leur étude le 28 juin à Chatham House (Londres) sous le titre: “Punching Below Their Weight? Critical Reflections on Anglo-French Cooperation in Africa”. Le texte de cette communication peut être téléchargé à partir du site: http://www.ifri.org/?page=detail-contribution&id=6247

# Le français progresse en Afrique mais il décline en Europe
Le Monde.fr | 13.10.10

Par quel miracle le nombre de francophones dans le monde est-il passé de quelque 200 millions de personnes en 2007 à 220 millions de personnes en 2010, d’après le dernier rapport de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), publié mardi 12 octobre ?

Pour la première fois, répondent les dirigeants de l’OIF, leur jeune Observatoire de la langue française a pu se fonder, non plus sur des évaluations parfois sommaires, mais sur des sources statistiques, des enquêtes nationales ou internationales et, quand elles faisaient défaut, sur des études ad hoc menées par des organes de la francophonie.

De plus, outre les 70 pays membres de l’OIF (dont 14 pays dits “observateurs”), ont aussi été comptabilisés les francophones d’Algérie (évalués à 11,2 millions de personnes), ceux des Etats-Unis (2,1 millions), d’Israël (plus de 300 000 personnes) et même du Val d’Aoste (Italie, 90 000 personnes).

NEUVIÈME LANGUE DU MONDE

Dans les pays africains, seules les personnes sachant non seulement parler mais aussi lire et écrire le français ont été prises en compte. C’est l’un des facteurs qui permet aux responsables de l’OIF d’assurer que ce chiffre de 220 millions de francophones reste sous-évalué.

Le français, neuvième langue parlée au monde et deuxième langue enseignée (avec 116 millions de personnes qui l’apprennent, selon l’OIF) se développe-t-il vraiment, envers et contre l’attraction de l’anglais ? “Depuis cent cinquante ans, le français n’est plus la seule langue universelle, on a tardé à en prendre conscience, constate Frédéric Bouilleux, directeur de la langue française et de la diversité linguistique à l’OIF. Aujourd’hui, on parle le français parce qu’on en a besoin, pas seulement au niveau des élites.”

D’après le rapport, le français se développe en Afrique, principalement pour des raisons démographiques, stagne en Amérique du Nord, et décline en Europe, où le Royaume-Uni, par exemple, a décidé, en 2004, que la langue de Molière n’était plus indispensable à l’examen final du cycle secondaire.

RÉGRESSION DANS LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

La régression est aussi patente dans toutes les organisations internationales et sur leurs sites, même quand le français y est langue officielle ou langue de travail. Ainsi, constate Alexandre Wolff, responsable de l’Observatoire de l’OIF, seulement 15% des textes de la Commission européenne de Bruxelles sont émis initialement en français et servent ainsi de base de discussion avant traduction. Dans les instances de l’ONU, à Genève, ajoute-t-il, 90% des textes sont d’abord rédigés en anglais. A toutes ces organisations ainsi qu’à certains de ses pays membres comptant relativement peu de francophones, l’OIF tente d’imposer un “vade-mecum”, rappel à la diversité culturelle timidement suivi d’effet, souvent faute de moyens. Dans ses projections, l’OIF anticipe que l’Afrique, où vivent déjà environ la moitié des francophones du monde, en regroupera en 2050 environ 85%, sur 715 millions de locuteurs, toujours en vertu de son dynamisme démographique. Et à condition que la scolarisation continue de progresser sur ce continent et que le français y demeure une langue enseignée (le Rwanda a, lui, opté pour l’anglais). D’où l’emphase accrue que demande Clément Duhaime, administrateur de l’OIF, dans la formation des maîtres et dans les programmes d’alphabétisation pour les pays africains, avant le 13e sommet de l’OIF prévu du 22 au 24 octobre à Montreux (Suisse).

Martine Jacot

# Achille Mbembe (*) vient de publier un nouvel ouvrage intitulé “Sortir de la grande nuit – Essai sur l’Afrique décolonisée” (Paris: La Découverte, 2010; €17,00) qui offre un commentaire et un bilan à l’occasion du cinquantième anniversaire des “indépendances” et de ce que l’auteur appelle une “décolonisation fictive”. Dans cet essai critique, Achille Mbembe montre que, au-delà des crises et de la destruction qui ont souvent frappé le continent depuis les indépendances, de nouvelles sociétés sont en train de naître, réalisant leur synthèse sur le mode du réassemblage, de la redistribution des différences entre soi et les autres et de la circulation des hommes et des cultures. Cet univers créole, dont la trame complexe et mobile glisse sans cesse d’une forme à une autre, constitue le soubassement d’une modernité que l’auteur qualifie d’« afropolitaine ». Il convient certes de décrypter ces mutations africaines, mais aussi de les confronter aux évolutions des sociétés postcoloniales européennes – en particulier celle de la France, qui décolonisa sans s’autodécoloniser -, pour en finir avec la race, la frontière et la violence continuant d’imprégner les imaginaires de part et d’autre de la Méditerranée. C’est la condition pour que le passé en commun devienne enfin un passé en partage. Il s’en explique dans un entretien publié le 6 octobre sur le site d’Africultures: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=9751


September 2010


@ Theodore Trefon (*) wrote a brief for the U4 Anti-Corruption Resource Center based at the Chr. Michelsen Institute in Bergen (Norway). This September 2010 brief is titled “Forest governance in Congo: Corruption rules”, and it can be accessed at: http://www.u4.no/document/publication.cfm?3776=forest-governance-in-congo-corruption-rules

@ Josef Gugler (*) is the editor of a forthcoming book: “Film in the Middle East and North Africa: Creative Dissidence” (Austin, TX, University of Texas Press / January 2011, xiv + 368 pages, 54 b&w illustrations. ISBN: 978-0-292-72327-6 $60.00. Also at Cairo, American University in Cairo Press, $39.95 or LE 150.00 –for sale only in the Middle East-– ISBN 978 977 416 424 8). For further information about this book, see: http://www.utexas.edu/utpress/books/gugfil.html / or : http://www.aucpress.com/p-3786-film-in-the-middle-east-and-north-africa.aspx

# Max Liniger-Goumaz (*) et Djongele Bokokó Boko viennent de publier “Guinea Ecuatorial: Rica pero miserable” (Genève: Les Éditions du Temps, 2010; 166 pp; ill. FRS 24,00). Selon ses auteurs, “ce livre rappelle la persistance de la dictature dans le seul pays hispanohone d’Afrique sub-saharienne. Il fait état du mutisme du monde nanti qui se contente de consommer le pétrole, le gaz naturel et le bois en tolerant les violations des droits de l’homme et en négligeant le pillage des revenues du pays par le clan que domine Teodoro Obiang Nguema.” (Diffusion: 1308- La Chaux, Suisse)

@ William F.S. Miles (*) recently published an article titled: “Bulls, Goats and Pedagogy: Engaging Students in Overseas Development Aid” in PS: Political Science and Politics: 42 (2009); pp. 181-187. Earlier, his article “Legacies of Anglo-French Colonial Borders: A West African & Southeast Asian Comparison” was published in the Journal of Borderlands Studies, 23:2 (2008)

# Philippe Decraene (*) a fourni un article sur “Les ancêtres du panafricanisme” pour le nº 36 de la revue Géopolitique africaine (2, place Joffre; Paris 75007) consacré à “L’Afrique et les nouveaux enjeux planétaires”.

@ Tony Chafer (*) and Emmanuel Godin co-edited “The End of the French Exception? Decline and Revival of the ‘French Model’” (Palgrave Macmillan, 2010; 296 pages – ISBN 978 0 23022 078 2 – £60.00). This collective work seeks to understand how the French polity has responded to external pressures such as Europeanization and globalization: what, if anything, makes French responses ‘exceptional’, or at least different, compared to those of other countries? How are we to understand these differences? And how might this analysis lead us to rethink or modify our hypothesis of French exceptionalism? The contributors analyze the ways in which the notion of the French exception has informed both academic analysis and political commentary on France today. Adopting a comparative and interdisciplinary approach it examines the resilience of the concept of French exceptionalism and evaluates its relevance in a changing domestic and global context. In the concluding section, Chafer and Godin deal with “French Exceptionalism and the Sarkozy Presidency”.

@ Louis Aucoin (*) collaborated with Laurel E. Miller (ed.) in the production of the collective work titled: “Framing the State in Times of Transition: Case Studies in Constitution Making” (Washington, DC: United States Institute of Peace, 2010; 740 pp.; $49.95 – ISBN: 978 1 60127 055 9), to which he also contributed (with Michele Brandt) a chapter on “East Timor’s constitutional passage to independence”. Among the other cases covered are those of Eritrea, Namibia, South Africa, Uganda and Zimbabwe.


August 2010


@ Tony Chafer (*) and Gordon Cumming (*) have published the final Executive Report from their research project ‘Anglo-French cooperation in Africa since Saint-Malo’. Entitled ‘Punching Below their Weight? Anglo-French Cooperation in a Changing Africa’, it was presented at Chatham House in June and is available at: http://www.chathamhouse.org.uk/events/view/-/id/1574/

@ Leonardo Villalón (*) has published “From Argument to Negotiation: Constructing Democracies in Muslim West Africa.” In Comparative Politics 42:4 (July 2010), pp. 375-393.

@ Leonardo Villalón and Jean-Louis Triaud have co-edited L’économie morale et les mutations de l’islam en Afrique sub-saharienne, a special issue of the journal Afrique Contemporaine (Paris). No. 231, fall 2009. Their coauthored contribution to the issue is: “Contraintes du local et resources du global: L’Islam subsaharien entre economies morales et economie du marché.”, pp. 23-43.


July 2010


Crossing Cultures Senegal Summer 2011

Intercultural Dimensions, Inc. (a 501(c)(3) educational organization) offers a stimulating travel and educational program focused on the French-speaking Republic of Senegal, West Africa. The program dates for the 2011 Crossing Cultures Senegal program are June 27 to July 12. It will be ID’s 21st program to Senegal.

Led by two former Peace Corps volunteers, this well-established cultural immersion program appeals to people in and out of academia. It works well for those who want to experience family life and community projects in rural areas of this diverse nation and for those with special interests in dance and music training, teaching, literature, environment, medicine, government, NGOs, agriculture, language and health projects.

The Crossing Cultures Senegal group is small allowing the leaders to tailor activities to the participants’ interests. Many professors, teachers and students of French have been past participants. Reasonable cost. Extended stays for volunteer work or field study can be facilitated.

For more information, contact: Janet L. Ghattas, General Director Intercultural Dimensions, Inc. PO Box 391437 Cambridge MA 02139 USA Voice: 617 864 8442 E-mail: janet.ghattas@gmail.com Website: www.interculturaldimensions.org

@ Publications by Paul Stanley Yoder (*) Three recent publications on health research in South Africa, Namibia, and Malawi from Stan Yoder are available in hard copy form and on the web. They are all research reports published by Macro International. On the web they can be found by clicking on Publications, and then Qualitative Research Studies, at the ICF Macro (DHS) website: www.measuredhs.com Hard copies are free and can be requested from Yoder at Paul.S.Yoder@macrointernational.com

1. Yoder, P. Stanley, Sibongile Mkhize and Siyabonga Nzimande. 2009. Patient Experiences in Antiretroviral Programmes in KwaZulu-Natal, South Africa. Durban, South Africa: Health Systems Trust and Calverton, Maryland, USA: Macro International, Inc.

2. LeBeau, Debie and P. Stanley Yoder. 2009. Alcohol Consumption, Sexual Partners and HIV Transmission in Namibia. Calverton, Maryland, USA: Macro International, Inc. [QRS16]

3. Yoder, P.S., M. Rosato, R. Mahmud, A. Fort, F. Rahman, A. Armstrong and S. Rubayet. 2010. Women’s Recall of Delivery and Neonatal Care in Bangladesh and Malawi: A Study of Terms, Concepts, and Survey Questions. Calverton, Maryland, USA: ICF Macro. [QRS17]

# Manga Kuoh (*) est l’auteur d’un récent ouvrage intitulé “Palabre africaine sur le socialisme” (Paris: L’Harmattan, 2009 – 167 pages; €16,00; ISBN: 2296081819- 9782296081819) L’auteur soulève d’importantes interrogations: Une conception africaine de l’organisation sociale peut-elle s’appuyer efficacement sur le socialisme? Quelle part cette doctrine et ses protagonistes prirent-ils dans l’effort d’émancipation de l’Afrique et l’affirmation des jeunes Etats après la décolonisation? Quelle fut dans ce contexte la nature réelle de l’alternative entre capitalisme et socialisme? Autant de questions qu’aborde Palabre africaine sur le socialisme en revisitant les lectures du socialisme des premiers leaders politiques africains: Senghor, Nyerere et Bourguiba et leurs versions de ce que l’on a nommé le “socialisme africain” ; Nkrumah et Cabral qui ont intellectuellement assumé leur inspiration marxiste-léniniste; et enfin Sékou Touré qui s’est servi du socialisme pour rationaliser l’exercice d’un pouvoir tyrannique. Ces lectures, qui ont passionné en leur temps Africains et africanistes, restent d’actualité en tant que contribution à la pensée politique universelle. Conformément à la tradition de la palabre africaine, destinée à faire revivre le passé pour éclairer l’avenir, elles permettent de tirer des enseignements précieux en vue de la construction d’un avenir meilleur.


June 2010


# Achille Mbembe (*) confie ses impressions et ses pronostics sur la Coupe du Monde de Football aux journalistes d’Africulture. À lire sur: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=9555

@ John F. Clark (*) will deliver a paper titlled “The Impact of Foreign Occupation on the Natural Environment in the DRC” at a conference called: “Environnement, Sociétés et Conflits en Afrique Centrale et dans la région des Grands Lacs” in Kinshasa on 22 July 2010. The conference is organized by the Central African Studies Association, led by Didier Gondola.

# Le troisième colloque international de Dakar intitulé “La Crise globale et l’Afrique: Quels changements?” organisé par la fondation Gabriel Péri et le Parti de l’indépendance et du travail du Sénégal, en partenariat avec l’Association pour l’amitié avec les peuples d’Afrique (AFASPA), le laboratoire d’études et de recherches philosophiques et sociales contemporaines sur l’Afrique et le monde (LERPSCAM) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar la fondation Rosa Luxemburg (Allemagne) et la revue Recherches internationales s’est tenu les 18 et 19 mai 2010.

Parmi les communications présentées, on notera celles de Philippe Hugon (*) : “La crise mondiale et l’Afrique” http://www.gabrielperi.fr/La-crise-mondiale-et-l-Afrique et de Mamadou Diouf (*): “Quelles réponses syndicales à la crise globale?” http://www.gabrielperi.fr/Quelles-reponses-syndicales-a-la Pour lire d’autres interventions (et le programme du colloque), voir http://www.gabrielperi.fr/-La-crise-globale-et-l-Afrique-

@ Célestin Monga (*) has co-authored with Justin Yifu Lin (Senior Vice President and Chief Economist at the World Bank) a study titled: “Growth Identification and Facilitation: The Role of the State in the Dynamics of Structural Change” in the World Bank’s Development Economics series of Policy Research Working Papers” (WPS 5313). The document can be accessed from the site: http://econ.worldbank.org On May 7, Monga addressed the graduating cohort of Boston University’s Hubert Humphrey Fellows with a commencement speech appropriately titled: “The Challenge of Happiness – Post Graduation Citizenship.”


May 2010


# Claire H Griffiths (*) nous écrit de Dakar: “J’ai quitté Hull il ya quelques mois ayant été nommée à une chaire d’études francophones – la toute première dans la discipline de ‘Modern Languages and Area Studies’ à l’Université de Chester, une petite université ouverte depuis 1839 mais qui ne s’est engagée dans la recherche que récemment et qui n’est pas encore très connue en dehors de quelques petits domaines spécialisés et pour l’enseignement et la pédagogie universitaire. Mais ça bouge… Actuellement nous sommes trois à nous intéresser à l’Afrique et aux Caraïbes francophones et on a donné le feu vert pour recruter un/e doctorant/e dans le domaine et un maître assistant pour 2010-11. Nous sommes aussi sur le point d’engager un spécialiste de l’informatique pour nous aider à mieux nous connecter au monde virtuel des recherches francophones.” Mes coordonnées: French & Francophone Studies,Faculty of Humanities, University of Chester CH1 4BJ – UK c.griffiths@chester.ac.uk T: 00 44 1244 513290 Associate position: Senior Research Fellow, EURESCL project: WISE Institute, University of Hull HU6 7RX- UK

# Augustin Loada (*), directeur exécutif du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) au Burkina Faso, est parti en croisade contre la modification de l’article 37 de la Constitution, qui permettrait de ne plus limiter le nombre de mandats présidentiels. ll s’en est expliqué dans une longue interview (“La révision de notre constitution ne doit pas être l’affaire du seul CDP”*) publiée le 31 décembre 2009 sur le site lefaso.net http://www.lefaso.net/spip.php?article34710. . Cette question préoccupe Loada depuis plusieurs années: en 2003, par exemple, il avait publié un article intitulé: “La limitation du nombre de mandats présidentiels en Afrique francophone” dans la revue Afrilex, produite par le Centre d’Études et de Recherches sur les Droits Africains et sur le Développement Institutionnel des pays en développement (CERDRADI) de l’Université Montesquieu – Bordeaux IV. [Afrilex, juin 2003 pp. 139-174 http://afrilex.u-bordeaux4.fr/sites/afrilex/IMG/pdf/3doc8loada.pdf ]

* CDP= Congrès pour la Démocratie et le Progrès (le parti au pouvoir)

# Pour saluer la venue conjointe de trois professeurs invités : Cheikh Anta Babou Mbacke (*) (University of Pennsylvania), Ousman Kobo (Ohio State University) et Rüdiger Seeseman (Northwestern University), l’équipe «Anthropologie politique des mouvements religieux contemporains» du Centre d’études africaines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (CEAf-EHESS) a organisé le 21 mai 2010 une journée d’étude dans ses locaux du Boulevard Raspail, à Paris. Cheikh Babou a fait office de discutant pour une table ronde intitulée “Du temps des marabouts et des prophètes au temps des prophètes-pasteurs, intellectuels et autres entrepreneurs en traditions”, tandis que Rémy Bazenguissa Ganga (*) présidait un autre atelier sous le titre: “Autorités religieuses et pouvoir politique en Afrique”


April 2010


@ Phyllis M. Martin (*) is the author of “Catholic Women of Congo-Brazzaville: Mothers and Sisters in Troubled Times” (Indiana University Press, 2009; 280 pages, photos, maps – ISBN-13: 978-0-253-22055-4) The book explores the changing relationship between women and the Catholic Church from the establishment of the first mission stations in the late 1880s to the present. The author emphasizes the social identity of mothers and the practice of motherhood, a prime concern of Congolese women, as they individually and collectively made sense of their place within the Church. She traces women’s early resistance to missionary overtures and church schools, and follows their relationship with missionary Sisters, their later embrace of church-sponsored education, their participation in popular Catholicism, and the formation of women’s fraternities. As they drew together as mothers and sisters, women began to affirm their place in a male-dominated institution.


March 2010


@ Bogumil Jewsiewicki (*) spoke about the history of copper mining in Lubumbashi and the significance of artist Sammy Baloji’s photographs taken in the Democratic Republic of the Congo. In Baloji’s recent series entitled The Beautiful Time in Lubumbashi, the artist employs photomontages to combine archival images of copper mine workers and colonial administrators with the artist’s photographs of contemporary Lubumbashi. “The Beautiful Time” is accompanied by a fully illustrated catalogue with an essay by exhibition curator Bogumil Jewsiewicki.

“The Beautiful Time in Lubumbashi: Photography by Sammy Baloji” will be on view from March 26 – April 28, 2010 at the Sidney Mishkin Gallery, 135 East 22nd Street (646-660-6652). This lecture is part of the Museum’s series entitled, Conversations with a Continent: Profiles of African Artists, which highlights several established contemporary African artists.


February 2010


@ Thomas A. Hale (*) and Kora Véron co-authored an article titled “Is There Unity in the Writings of Aimé Césaire?” in the journal Research in African Literatures, Vol. 41, No. 1 (Spring 2010), pp. 46-70. The abstract reads: “Researchers unfamiliar with the entire corpus of Césaire’s writings question the connection between his literary works and his other texts, especially those of a political nature, many of which are little known. For them events such as the transformation of Martinique from colony to Overseas Department appear to contradict the militantism in Césaire’s poetry. Our analysis of selected texts from the large and varied corpus of Césaire’s writings (plays, poems, essays, prefaces, speeches, interviews, declarations, telegrams, letters, and translations) during three periods in his life, 1935 to 1948, 1949 to 1956, and 1957 until 2009, reveals that there is unity in the ideas and actions of Césaire. The relationship of the literary to the political, however, evolves during these three periods. Evidence comes, for example, from criticisms of the politics of cultural assimilation in his essays in L’étudiant noir and Cahier d’un retour au pays natal in the first period to poems that directly challenged the literary formalism promoted by the French Communist Party in the second period, and a synthesis of the literary and the political in a little known poem about an murdered activist in New Caledonia.” The article is part of a special issue of the Research in African Literatures devoted to “Aimé Césaire, 1913-2008: Poet, Politician, Cultural Statesman”. TOC for this issue is found at: http://inscribe.iupress.org/toc/ral/41/1

@ Adeline Masquelier (*) has published a new book titled “Women and Islamic Revival in a West African Town” [Indiana University Press, 2009; 376 pages, 20 b&w ill., 2 maps - ISBN-13: 978-0-253-21513-0 - $27.95 (ppb) $75.00 (cloth)] This study follows the career of Malam Awal , a charismatic Sufi preacher, was recruited by local Muslim leaders to denounce the practices of reformist Muslims in the small town of Dogondoutchi, Niger. It documents the engagement of women in the religious debates that are refashioning their everyday lives. Malam Awal’s message has been viewed as a mixed blessing by Muslim women who have seen new definitions of Islam and Muslim practice impact their place and role in society. The book reveals how these women have had to define Islam on their own terms, especially as a practice that governs education, participation in prayer, domestic activities, wedding customs, and who wears the veil and how. The detailed narrative presents new understandings of what it means to be a Muslim woman in Africa today.

# Serge Michaïlof (*) publie aux editions Fayard (mars 2010) un nouvel ouvrage intitulé “Notre maison brûle au Sud” [broché - ISBN-10: 2213654271/ISBN-13: 978-2213654270; €15,00]

# Philippe Hugon (*) a co-dirigé avec Pierre Salama un ouvrage intitulé “Les Suds dans la crise” (Paris: Armand Colin, 2010; 240 p., € 20,00 -ISBN: 2200246277). Le même éditeur publiera aussi la 2ème edition (dans sa collection 128) de “La géopolitique de l’Afrique”. Pierre Hugon a également fourni le chapitre “Afrique” de l’“Annuaire stratégique 2010” (Paris: Dalloz/ Atlas Hatier).

@ Christopher LaMonica (*) has contributed a chapter on “Africa in International Relations Theory: Addressing the Quandary of Africa’s Ongoing Marginalization Within the Discipline”, in “Reframing Contemporary Africa: Politics, Culture, and Society in the Global Era”, ed. by Peyi Soyinka-Airewele & Rita Kiki Edozie (Washington, DC: CQ Press, 2010 – ISBN 078-0-87289-407-5). pp.351-374

The same volume also includes a chapter written by Célestin Monga (*) under the title: “Civil Society and Sociopolitical Change in Africa: A Brief Theoretical Commentary” (pp.144-156)


January 2010


@ Célestin Monga (*) has published (Januray 2010) a 55-page monograph titled “Hegelian Macroeconomics: The Dialectics of Global Imbalances” in the World Bank’s series of Policy Research Working Papers (WPS 5175)

The paper argues that China and the United States have become economically so interdependent that fears of any abrupt change in their current Nash equilibrium situation may be exaggerated. The paper also uses Hegel’s parable of the development of self-consciousness to explain the dynamics between the two countries. His analysis of lordship and bondage (also known as the master-slave dynamics) provides a good framework for analyzing the dialectics of recognition and acknowledgement that currently characterizes the macroeconomic relationships between the United States and China.

The paper can be accessed at http://www-wds.worldbank.org/external/default/WDSContentServer/IW3P/IB/2010/01/12/000158349_20100112141635/

Rendered/PDF/WPS5175.pdf


December 2009


# Guy Rossatanga-Rignault (*) publie un article intitulé: “Laver le corps: Symbolique et thérapeutique de l’eau en Afrique” dans le nº 2 (volume A-2008) de la Revue de la Fondation Raponda-Walker pour la Science et la Culture, consacré au theme de “L’homme et la maladie” (pp. 91-106) . La revue est disponible aux Éditions Raponda-Walker, B.P. 7969 Libreville, Gabon.

# Catherine Coquery Vidrovitch (*) vient de faire paraître un oucrage intitulé“Enjeux politiques de l’histoire coloniale” (Paris: Agone, 2009; 192 pages; € 14,00 – ISBN 978-2-7489-0105-4) L’auteur s’interroge: “Notre patrimoine historique «national» doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité: soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait «faire repentance», soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale.” Elle conclut: “La culture française (que d’aucuns veulent appeler «identité nationale») résulte de tous les héritages mêlés dans un passé complexe et cosmopolite où le fait colonial a joué et continue par ricochet de jouer un rôle important.

L’ouvrage comporte les chapitres suivants: • La prise de conscience de la question coloniale • L’histoire du statut de l’indigène • La première génération des historiens post-coloniaux • L’histoire des colonisés «vue d’en bas» • Un hiatus à combler • La relativité du silence colonial • Le déficit de l’école • Le cas particulier de l’esclavage • La fin d’un tabou? • Travers & apport du postcolonial • Une histoire «postcoloniale» française en train de s’écrire • Mémoire & histoire: un débat amputé ? • Une querelle politique séculaire • De la confusion entre histoire & politique • Le quiproquo sur les «abus» coloniaux • Un faux concept: la repentance • Du «communautarisme» à la «fracture coloniale» • Du racisme colonial • Le mythe des peuples premiers • Le passé colonial au present.

On trouvera quelques unes des réactions provoquées par la lecture de ce livre sur le site: http://atheles.org/agone/passepresent/enjeuxpolitiquesdelhistoirecoloniale/index.html

@ Jeanne Koopman (*) has published an article titled: “Globalization, Gender, and Poverty in the Senegal River Valley,” in the referred journal Feminist Economics 15 (3), July 2009, pp. 253-285. This had earlier been presented as a paper at a workshop sponsored by the International Association for Feminist Economics held at the United Nations in May 2008.


November 2009


# Gauthier de Villers (*) vient de publier un important ouvrage intitulé: “République démocratique du Congo – De la guerre aux élections: L’ascension de Joseph Kabila et la naissance de la Troisième République (janvier 2001-août 2008)” (Paris: L’Harmattan & Tervuren: Musée royal de l’Afrique centrale, 2009; coll. ‘Cahiers africains/Afrika Studies, nº 75; 478 p. 42; € 42,00 – ISBN: 978-2-296-07750-8)

# Guy Rossatanga-Rignault (*) et Douglas Yates (*) ont animé (avec Roland Pourtier) un séminaire organisé le 5 novembre par le programme ‘Afrique subsaharienne’ de l’Ifri (Institut français des relations internationales) autour du thème “Quelles évolutions pour le système gabonais?”

# Theodore (Ted) Trefon (*) a dirigé la publication d’un ouvrage collectif intitulé “Réforme au Congo (RDC): Attentes et désillusions” (Paris: L’Harmattan & Tervuren: Musée royal de l’Afrique centrale, 2009; coll. ‘Cahiers africains/Afrika Studies, nº 76; 275 p. ISBN: 978-2-296-10204-0), pour lequel il a composé un chapitre introductif (pp.11-34). L’ouvrage est le prolongement d’une réflexion amorcée lors d’une conférence internationale organisée en février 2008 par le Centre belge de référence pour l’expertise sur l’Afrique centrale (E-CA-CRE-AC) autour du thème “Congo : État, Paix, Économie et Bien-être”


October 2009


@ Adeline Masquelier (*) has just published a new book Women and Islamic Revival in a West African Town (Bloomington, IN: Indiana University Press, 2009, 376 pages, $27.95). This ethnographic study follows the career of a charismatic Muslim preacher in Niger and documents the engagement of women in the religious debates that are refashioning their everyday lives. Earlier this year Masquelier published an essay in an edited volume: “Lessons from Rubí: Love, Poverty, and the Educational Value of Televised Dramas in Niger” in Love in Africa. Jennifer Cole and Lynn M. Thomas, eds. pp.204-228. Chicago: University of Chicago Press. Adeline Masquelier is the Executive co-Editor of the Journal of Religion in Africa (website at: http://www.brill.nl/jra)

@ Eileen Julien (*) has published Travels with Mae: Scenes from a New Orleans Girlhood, which appeared over the summer of 2009 from Indiana University Press). Julien, Biodun Jeyifo and Karin Barber met in Hong Kong in May with other contributors to LAWH (Literature: A Word History), a project of the Stockholm Collegium of World Literary History.

# Guy Martin (*) a donné la leçon inaugurale sur le thème “Introduction à la Citoyenneté en Afrique” lors de la 2ème session de l’Académie de Droit et Justice Constitutionnels en Afrique” qui s’est tenue à Yaoundé du 27 juillet au 8 août 2009 sous les auspices de l’IGC (Initiatives de Gouvernance Citoyenne), une ONG de droit camerounais [voir leur site à: http://www.citizens-governance.org/spip.php?rubrique2&lang=fr ]

Guy Martin est également l‘auteur du chapitre “Fighting Terrorism in the Horn of Africa and the Sahel”, inclus (pp. 172-188) dans l’ouvrage collectif inititulé “Assessing George W. Bush’s Africa Policy & Suggestions for Barack Obama and African Leaders” (New York: iUniverse, 2009; 304 pages – ISBN-10: 1440154546 / ISBN-13: 978-1440154546)

# Marc Michel (*) a publié : “Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accomodements en Afrique noire (1830-1930)” [ Paris, Perrin, 2009. 417 pp.; € 22,00 - ISBN-10: 2262024863 - ISBN-13: 978-2262024864]

@ Andreas Mehler (*) has published an article titled: “Peace and Power Sharing in Africa: A Not So Obvious Relationship” in African Affairs 2009 -108: pp. 453-473 [doi:10.1093/afraf/adp038] in which he notes: “Peace accords usually involve top politicians and military leaders, who negotiate, sign, and/or benefit from an agreement. What is conspicuously absent from such negotiations is broad-based participation by those who should benefit in the first place: citizens. More specifically, the local level of security provision and insecurity production is rarely taken into account. The analysis of recent African peace agreements shows important variations in power-sharing devices and why it is important to ask who is sharing power with whom. Experiences with power sharing are mixed and far less positive than assumed by outside negotiators.”