October 2008

René Lemarchand’s (*) latest book “The Dynamics of Violence in Central Africa” has just been published by the University of Pennsylvania Press (October 2008) [328 pages; $59.95 -ISBN-10: 0812241207 - ISBN-13: 978-0812241204].

Achille Mbembe (*) a contribué sous la forme d’un chapitre intitulé: «L’intarissable puits aux fantasmes» (pp. 91-132) à l’ouvrage collectif “L’Afrique de Sarkozy. Un déni d’histoire” [Jean-Pierre Chrétien (dir.); Paris, Karthala, 2008, 203 p. ISBN : 978-2-8111-0004-9]. On y trouvera également un texte de Jean-François Bayart (*) «Y a pas rupture, patron!» précédemment publié sur le Web.

Béatrice Hibou (*) delivered a paper titled “Labor Discipline, Political Discipline in Tunisia: Complex and Ambiguous Relationships” at the research workshop on “African Labor in Colonial and Post-Colonial Contexts” organized by the Hebrew University of Jerusalem and Tel-Aviv University on June 11­12. In the same workshop, Jean-François Bayart (*) offered a paper titled: “Hegemony and coercion: the politics of the chicotte (whipping)”.

Fallou Ngom (*) contributed a chapter titled “Forensic Language Analysis in Asylum Applications of African Refugees: Challenges and Promises”, in: Toyin Falola, Niyi Afolabi & Aderónke Adésolá Adésànyà, eds. “Migrations and Creative Expressions in Africa and the African Diaspora” (Durham, NC: Carolina Academic Press, 2008), pp. 219-237.

Des écrivains, professeurs, critiques et cinéastes de divers horizons ont participé les 9-10 à Dakar à un colloque ayant pour thème “Ousmane Sembène, un homme dans son temps”, sous forme d’hommage à cet écrivain et cinéaste un an après son décès, le 9 juin 2007 à l’âge de 84 ans. Parmi les participants, figurait Samba Gadjigo (*), son biographe officiel, auteur notamment de “Ousmane Sembène, une conscience africaine – Genèse d’un destin hors du commun” paru en 2007, après la mort du cinéaste. Y participaient également Eileen Julien (*), Manthia Diawara, réalisateur de “Bamako sigui-kan” (“Le pacte de Bamako“) et d’autres personnalités du monde littéraire.

Edmond Kwam Kouassi (*) has published a article titled: “Negotiation, Mediation and other Non-Juridical Ways of Managing Conflicts in Pre-Colonial West African Societies”, in the journal International Negotiation 13:2 (2008) pp. 233–246. The journal is published by Brill NV, Leiden (www.brill.nl/iner), and pdf copies are available from GRAF upon request.

Thomas Hale (*) is conducting research for a book on “France, Francophonie and Africa” that deals with the politics of culture and the culture of politics. It ranges from the pre-colonial to the present. He has assembled a large bibliography on the subject during the last two decades, but is now looking for anecdotal information from inside the meetings of francophone heads of state held by the Organisation Internationale de la Francophonie every two or three years. Any help on this subject as well as others concerning francophonie in Africa would be much appreciated. Contact him at <tah@psu.edu> or at this address: Thomas A. Hale , Department of French and Francophone Studies – 231 Burrowes Building, The Pennsylvania State University – University Park, PA 16802 (tel: 1-814-865-1054 / messages: 1-814- 865-0214).

Robert Kappel (*) has published a monograph titled “Die Economic Partnership Agreements – kein Allheilmittel für Afrika” (nº 06/2008) in the series is edited by Andreas Mehler (*) at the GIGA Institute of African Affairs in Hamburg. For contact and information, go to : http://www.giga-hamburg.de/giga-focus/afrika.

Alan J. Kuperman (*) reviewed two recent books on Darfur (Julie Flint & Alex de Waal: Darfur – A Short History of a Long War; and Eric Reeves: A Long Day’s Dying: Critical Moments in the Darfur Genocide) in the latest issue (Vol. 10: 2) of the Journal of Genocide Research.

Catherine Boone (*) published an aticle titled: “Property and Constitutional Order: Land Tenure Reform and the Future of the African State”, in African Affairs 106/425 (2007), pp. 557-586. In it, she argues that the debate over land law reform in Africa has been framed as a referendum on the market – that is, as a debate pitting advocates of the growth-promoting individualization of property rights against those who call for protecting the livelihoods and subsistence rights of small farmers. This article argues that the prospect of land law reform also raises a complex bundle of constitutional issues. In many African countries, debates over land law reform are turning into referenda on the nature of citizenship, political authority, and the future of the liberal nation state itself. The article describes alternative land reform scenarios that are currently under debate, and identifies the constitutional implications of each. The practical salience of the issues is illustrated through reference to land reform politics in Côte d’Ivoire, Uganda, South Africa, and Tanzania. This article was presented as a paper at the 2005 annual meeting of the American Political Science Association, and the 2006 annual meeting of the African Studies Association. It grew out of discussions held at the Social Science Research Council Regional Advisory Panel (SSRC RAP) for Africa ‘Planning Meeting on Citizenship’, 27 September 2003, in Amsterdam.

Le colloque de Cerisy qui a été consacré en 2006 à la postérité littéraire de Senghor a rassemblé des universitaires mais aussi des écrivains francophones africains. L’héritage de celui que le congolais Sony Labou Tansi nommait « le Roi Senghor » a donc été évalué à la fois à travers une analyse concernant la place de l’œuvre et de la pensée dans des milieux littéraires situés sur plusieurs continents (Amérique, Antilles, Maghreb, Congo, Madagascar) et dans le témoignage de ceux que l’on aurait pu penser être ses héritiers directs. La diversité des origines et des positions des différents collaborateurs de ce volume permet de multiplier les points de vue et de comprendre comment l’œuvre de Senghor peut être tour à tour omniprésente, admirée, remise en question ou totalement ignorée. Sans prétendre établir de bilan, l’ensemble de ces contributions constitue un large panorama sur la circulation, dans l’espace et dans le temps, de l’œuvre de Senghor Dominique Ranaivoson a rassemblé ces textes qui sont maintenant publiés sous le titre: “Senghor et sa postérité littéraire” [Centre ECRITURES, Université Paul Verlaine-Metz, Littératures des mondes contemporains 3, Série Afriques, 2008; 196 p.; ISBN : 978-2-917403-02-0. Pour le commander, envoyer un courriel à : steiner@univ-metz.fr ou recherchell@univ-metz.fr.

Catherine Coquery-Vidrovitch (*) offered a presentation titled: «Les implications des catégories coloniales de désignation (noir, nègre, sujet, indigène, assimilés)» in a research session devoted to “Representations of ‘Blacks’ in western, ‘Arab’ or Muslim societies in the Deconstruction of ‘blackness’” during the Summer Institute held at Aix-en-Provence (august 23-29) on the theme: «Blacks or Negroes», «Africans or Hyphenated Afros», «Slave descendants or Immigrants» : Deconstructing the categories of designation and questioning the representations of identity in the past and present. This research and teaching programme aimed at analyzing the ways that the categories associated with somatic differences, often perceived and qualified as “racial,” have affected our understanding of the historical migration of enslaved Africans, the racialist legacy of slavery, and the persistence of slavery today. It was organized by the Institut Interdisciplinaire Virtuel des Hautes Études sur les Esclavages et les Traites (IVHEET) in cooperation with seven other institutions, among which are: l’Université Cheikh Anta Diop of Sénégal, the Harriet Tubman Institute for Research on the Global Migrations of African Peoples at York University (Toronto) and the Chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire, Université Laval, (Québec). For futher information, see:
http://peresclave.over-blog.com/categorie-10228218.html and links.

Théodore Trefon(*) will act as rapporteur and discussion leader during the International Symposium to be held at the Royal Museum for Central Africa, in Brussles (December 8th – 9th, 2008) on the theme: “The quest for natural resources in Central Africa. The case of the mining sector in DRC” Attendance at the symposium is by invitation only. Individuals or institutions that wish to attend should get in touch with Dr. Sabine Cornelis at: sabine.cornelis@africamuseum.be. For furher information (and the programme),
see: http://www.africamuseum.be/research/dept4/colloquium-dec08/research/dept4/colloquium-dec08/index_html

Max Liniger-Goumaz (*) vient d’ajouter un nouveau tome à la série: “Guinea Ecuatorial, bibliografia general” (volume XV), publié, comme les précédents par les Editions du Temps, Genève (360 pages, €15,00). Dans le numéro d’août 2008 du Monde diplomatique, Augusta Conchiglia commente: “Commencée en 1974, après quelques années passées en Guinée-Equatoriale pour le compte de l’Unesco, cette bibliographie monumentale rassemble désormais près de soixante mille références! (…) Les ouvrages, études et articles signalés dans les quinze volumes font de ce pays africain le seul à disposer d’un instrument de connaissance si complet et si fouillé.”

Michel Cahen (*), Alice Sindzingre (*), Vincent Foucher (*), Laurent Fourchard (*), Andreas Mehler (*), Linda Beck (*), Nicolas van de Walle (*), Pierre Englebert (*), Alain Ricard (*), Dominique Darbon (*), Tony Chafer (*), Comi Toulabor (*) et Augustin Loada (*) figurent parlmi les participants au Congrès international d’analyse politique sur l’Afrique organisé les 3-5 septembre par l’IEP-Bordeaux de l’Université Montesquieu-Bordeaux IV à l’occasion du cinquantenaire du CEAN (Centre d’étude d’Afrique noire).

Le thème de cette rencontre était “Penser la République: État, gouvernment, contrat social en Afrique”.

Le programme du Congrès est affiché sur le site: http://www.cean.cinquantenaire.sciencespobordeaux.fr/Programme_Congres_CEAN_3-5_septembre_IEP_de_Bordeaux.pdf. Le résumé des communications présentées est disponible sur le site: http://www.cean.cinquantenaire.sciencespobordeaux.fr/resumes_communications.pdf et le texte complet de bon nombre de ces communications (en français, anglais ou portugais est accessible sur le site: http://www.cean.cinquantenaire.sciencespobordeaux.fr/communications.htm.

Luc Sindjoun (*) a dirigé le numéro special (Volume 18, N°1, 2008) de l’International Review of Sociology publié sous le thème “Culture et Relations Internationales”. Dans ce numéro, il signe deux articles: “Prendre la culture au sérieux dans les relations internationales” (pp.39-53) et: “À la recherche de la puissance culturelle dans les relations internationales” (pp. 147-170).

Douglas A. Yates (*) has just published a new book titled : “The French Oil Industry and the Corps des Mines in Africa” (Trenton, NJ: Africa World Press, 2008 – $29.95). This is a biographical history of the French oil industry, one of the most important in Africa, told from the perspective of the lives of the men who made it. The book follows a story of the rise of a new breed of state engineers, educated at the prestigious Ecole Polytechnique, who became members of a state administrative elite. This Corps des Mines who founded the national oil champions represent a case study in technocracy, sovereign enterprise, and French administration.It brings together a unique collection of soldier-engineers, black sheep, and financiers whose lives tell the story of an industry that expanded into a veritable empire under the banner of TOTAL.

Ghislaine Geloin (*) has contributed a chapter to the volume titled “Movements, Borders, and Identities in Africa” edited by by Toyin Falola & Aribidesi Usman [University of Rochester Press, forthcoming May 2009; 336 p.; $80.00/£ 45.00 - ISBN: 9781580462969].

William F.S. Miles (*) has recently published two articles, and a book of his Africanist memoirs: “Legacies of Anglo-French Colonial Borders: A West African and Southeast Asian Comparison,” Journal of Borderland Studies 23 (2008): 83-102; “Islamism in West Africa: Internal Dynamics and U.S. Responses,” The Fletcher Forum of World Affairs 32:2 (2008), pp. 9-13; and “My African Horse Problem” (University of Massachusetts Press,2008);208 pages). Earlier this year, he also published “The Rabbi’s Well: A Case Study in the Micropolitics of Foreign Aid in Muslim West Africa”, in African Studies Review 51:1 (2008), pp. 41-57. The setting for that case study is Niger.

Jesse Ribot (*) has joined the faculty of the new School of Earth, Society and Environment at the University of Illinois with an appointment in the Department of Geography. In his new position, he will be launching a new environmental policy research initiative within the University’s Beckman Institute for Advanced Science and Technology [http://www.beckman.uiuc.edu/about/index.aspx]. His new e-mail address is: Ribot@illinois.edu, and his office phone is: (217) 333-7248.

Michel Cahen (*) delivered a paper titled: “Lusitanidade and Lusophonie: Conceptual Considerations on Social and Political Realities” for the Workshop on “Diaspora, Empire, and the Making of a Lusophone World” held at Oxford University, 25-26 September 2008.

APPEL À CONTRIBUTION

Colloque “Enseignement et colonisations du XVIIIe siècle à nos jours dans l’empire français – Une histoire connectée?”

(Lyon, 30 septembre, 1er et 2 octobre 2009)

Ce colloque souhaite renouveler la réflexion sur les relations entre enseignement et colonisation en proposant un changement d’échelle : il s’agira d’appréhender la question de l’enseignement dans sa dimension impériale c’est-à-dire d’envisager non seulement les discours et les pratiques dans les différents territoires dominés en les comparant éventuellement, mais aussi d’examiner leurs effets métropolitains et nationaux.

*****

Depuis le début des années 1990, les travaux scientifiques se sont multipliés sur l’enseignement colonial dans les différentes parties de l’Empire français comme sur l’enseignement du fait colonial en France, sans pourtant que ces recherches entrent toujours en résonance les unes avec les autres. Le sujet est doublement sensible. Au premier chef parce que la « mission civilisatrice » dont l’école fut l’un des principaux volets a servi à légitimer – dans les colonies comme en métropole – l’entreprise de conquête et de domination ; également parce que les élèves d’aujourd’hui sont pour partie des descendants des anciennes populations colonisées.

Ce colloque souhaite renouveler la réflexion sur les relations entre enseignement et colonisation en proposant un changement d’échelle : il s’agira d’appréhender la question de l’enseignement dans sa dimension impériale c’est-à-dire d’envisager non seulement les discours et les pratiques dans les différents territoires dominés en les comparant éventuellement, mais aussi d’examiner leurs effets métropolitains et nationaux.

En mettant en relation les connaissances produites sur l’Afrique, l’Indochine, les pays du Maghreb, le Levant, la Nouvelle-Calédonie ou les Antilles on tentera une histoire «connectée» attentive aux circulations (des discours, des programmes, des enseignants, des pratiques pédagogiques, des élèves), aux rencontres et aux transmissions entre les régions colonisées et la métropole, comme entre les régions de l’Empire.

En examinant aussi les mécanismes qui relèvent du fonctionnement de l’institution scolaire d’une façon générale (entreprise de sélection, de formatage des esprits et des corps, de « reproduction » sociale) et les caractéristiques propres à l’enseignement colonial dans les différents territoires sous domination française, on s’interrogera sur les points de convergences et de divergences entre métropole et colonies, sur des situations concrètes d’enseignement et sur les circulations et transmissions qui s’opèrent à l’échelle impériale.

Ce colloque sera organisé sous la forme de deux journées consacrées aux contributions scientifiques, suivies par une journée «formation» à destination des professeurs du second degré sur l’enseignement en situation coloniale et sur l’histoire coloniale. La première journée scientifique sera centrée sur les aspects politiques et culturels du sujet, la seconde mettra l’accent sur une histoire sociale des acteurs de l’enseignement colonial.

Journée 1 : Discours politiques et pratiques d’enseignement en situation coloniale

Un premier axe de réflexion souhaite revenir sur la « mission civilisatrice » sous l’angle de l’assimilation et de «l’adaptation» de l’enseignement au «milieu indigène» tel qu’il est pensé par les colonisateurs, sur la confrontation entre discours et pratiques. Dans le prolongement des travaux de Francine Muel-Dreyfus (1977) à propos de l’école républicaine ou de Fanny Colonna sur l’Algérie (1975) ou d’Alice Conklin (1997), on s’intéressera aux textes politiques, aux programmes et aux pratiques pédagogiques, aux matières « classiques » (langue française, histoire, géographie, sciences) mais aussi à l’ensemble des activités menées dans le cadre scolaire afin de transformer les modes d’être (ethos) des colonisé(e)s : le chant, le sport, les activités artistiques, ménagères, manuelles d’une manière générale. Les textes sur l’enseignement, qu’ils proviennent des missionnaires ou des instances gouvernementales, seront confrontés aux réalisations concrètes, aux dispositifs qui furent mis en place, aux moyens effectivement affectés à l’action et aux résultats obtenus. On reviendra également sur la chronologie de l’enseignement colonial et sur la notion de « système » éducatif pour désigner une politique qui, si elle fut fondée sur un certain nombre de grands principes, se caractérise par les improvisations locales et les distorsions entre la rhétorique des déclarations et les mesures mises en œuvre.

Journée 2 : Pour une histoire sociale de l’enseignement colonial

Un deuxième axe de réflexion souhaite mettre l’accent sur les acteurs et les actrices et sur la «rencontre coloniale» en milieu scolaire. On travaillera sur les parcours et les expériences professionnels et personnels des administrateurs, missionnaires, inspecteurs, enseignant(e)s – qui, pour nombre d’entre eux, ont exercé dans plusieurs régions (à l’échelle nationale et impériale) durant leur carrière – et ont contribué à la circulation des modèles et des pratiques. On réfléchira à leur marge de manœuvre en situation coloniale, à leurs relations avec leurs élèves qui, dans certains cas, se sont prolongées bien après leur départ (pour une autre région ou pour la métropole), à la façon dont ils et elles ont exercé leurs fonctions. On reviendra sur la «mission civilisatrice» et sur le couple « émancipation/coercition» qui la fonde. Les expériences scolaires des colonisé(e)s seront aussi étudiées. Ce colloque voudrait ainsi comparer les phénomènes d’appropriations et de recompositions identitaires provoqués par le passage, plus ou moins long, sur les bancs de l’école française. Des institutions scolaires, des groupes d’élèves, des parcours individuels pourront être analysés, dans la mesure où les acteurs et leurs logiques seront privilégiées.

Les propositions de communication de deux pages au maximum préciseront la méthodologie et les sources utilisées. Elles sont à envoyer avant le 15 décembre 2008 à : enseignement.et.colonies@gmail.com Elles seront accompagnées d’une courte notice biographique mentionnant le rattachement institutionnel et les principales publications dans le champ concerné.

Contact: Emmanuelle Picard – courriel : picard.emmanuelle@orange.fr Rebecca Rogers – courriel : Rebecca.rogers@paris5.sorbonne.fr Pascale Barthélémy – courriel : barthelemypascale@yahoo.fr Pour plus d’information, voir: http://calenda.revues.org/nouvelle11249.html

Alice Sindzingre(*); a signé un article initulé “Relativiser le poids de l’histoire” à propos des théories du développement dans Le Monde- Économie; du 14 décembre 2007.

(*) Names listed in the GRAF Directory / Noms figurant à l’annuaire du GRAF

Subscriptions to the GRAF Newsletter are $10 per year

(Checks payable to / chèques à l’ordre de : Boston University, African Studies Center/GRAF)

Le prix de l’abonnement annuel au Bulletin du GRAF est de $10